Neuillé-Pont-Pierre - La Donneterie

Ce domaine a porté les noms de: La Donnetrye (1639), La Doinnetterie (1698), La Doinetrie (XVIIe siècle), La Douennetrie (1748), La Doinnetterie (1749), La Doynnetrie (XVIII siècle, carte de Cassini), La Donneterie (1827, cadastre), La Donnetrie (1872, table de recensement) et La Donneterie (1953, cadastre).
C'est un ancien fief. Hector Le Breton, premier du nom, le possédait en 1626. Il était fils de Robert Le Breton, écuyer, et de Anne Forestier. Le 12 juillet 1610, il épousa Antoinette de Mouys, dont il eut: François, qui suit; Anne, mariée à Barthélemy de Housse, seigneur de la Mothe-Saint-Denis.
François Le Breton, seigneur de la Doinetrie et de la Chenaye, roi d'armes de France, épousa, en premières noces, le 1er juillet 1644, Françoise Édelemé, et, en secondes noces, Marie Riolland, fille de Jean Riolland, médecin de Marie de Médicis, et d’Élisabeth Simon. Du second mariage il eut Hector Le Breton, écuyer, seigneur de la Doinetrie, marié, le 30 janvier 1673, à Michelle Bigot, fille de Charles Bigot, écuyer, seigneur de Pont-Bodin, garde du corps du roi, et de Marie Toutain.
Pierre Le Breton, fils d'Hector, seigneur de la Doinetrie, de Saint-Michel-sur-Indre et de Dorsay, fut maintenu dans sa noblesse le 26 mars 1716. Par contrat du 16 juillet 1714, il épousa Marie Collin, veuve de Louis Guiet, seigneur de la Gravière, et fille d'Edmond Collin, sieur de la Brosse, bailli de Montrésor et de Beaulieu, et d'Anne-Louise du Lac. De ce mariage il eut: Pierre-Hector-Étienne, seigneur de la Doinetrie, né à Beaulieu en 1719; Edmond-César, né en 1722; Marie-Anne-Françoise, née en 1713, mariée, le 26 août 1734, à Joseph Le Breton, écuyer, seigneur de Langlerie, conseiller-correcteur à la Chambre des comptes.
Le fief de la Doinetrie passa ensuite: à Charles-Nicolas Le Pellerin, baron de Gauville, capitaine au régiment de la marine, chevalier de Saint-Louis, marié à Louise Carré (1769); à Louis-Charles Le Pellerin de Gauville, vicomte de Vaux, chevalier de Saint-Louis, capitaine au régiment de Bourbonnais, marié à Marie-Madeleine de Chelles; à Victor-Julienne le Jeune et à Louise-Catherine Le Pellerin de Gauville, sa femme; à Auguste-Louis-Raoul-Maxime, Émilie-Dorothée-Christine, Alexandrine et Édouard Le Pellerin de Gauville. Le 26 février 1878, M. Fillion vendit la terre de la Doinetrie à M. Moisant et à Marie-Augustine Turenne, sa femme, au prix de 120.000 francs. Il existe dans l'ancien logis seigneurial une chapelle qui fut bâtie avant 1673.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire